Coeur de métier face à la Covid-19 ● n°2

Interview de Madame Francine YAO-SAKY,

Duty Manager chez NAS IVOIRE


1. Comment se déroulent vos journées face à la pandémie à covid-19, s’agissant de l'exploitation des vols en cours ?

Notre entreprise nous a au préalable largement sensibilisé quant à la pandémie de la covid-19. Notre métier étant une activité de contact, nous insistons chaque jour lors de nos briefings par vacation sur le respect des procédures de sécurité et sureté des vols auxquelles s'ajoutent le strict respect des mesures barrières de protection. Nous nous investissons au maximum pour que durant les opérations, les équipements mis à notre disposition par l'entreprise soient utilisés à bon escient.


2. Qu’est-ce que la situation a changé pour vous personnellement et professionnellement ?

La psychose de la maladie requiert plus de rigueur. Alors personnellement, nous sommes plus exigent envers nous-mêmes dans le respect des mesures barrières sans pour autant altérer le travail que nous devons faire. Professionnellement, c'est toujours la rigueur qui est de mise en ce qui concerne le respect des mesures barrières tout en faisant preuve de beaucoup plus de vigilance et de patience envers les collègues qui s'oublient. La sensibilisation est permanente.


3. Quels sont pour vous les premiers changements dans le quotidien des voyageurs durant cette crise ?

Le respect des mesures barrières, l'exigence des tests PCR ont augmenté le stress des voyageurs qui l'étaient déjà et surtout pour ceux qui prennent l'avion pour la première fois. 

 

4. Auriez-vous des conseils à donner aux passagers en matière  de respect des mesures barrières ?

Oui, en ce sens que la transmission de la maladie est furtive c'est à dire invisible. Nous ne savons pas quand le danger peut frapper et quand il va frapper à notre porte ce qui n'est pas souhaitable. Alors nous leurs demandons d'être disciplinés en respectant les mesures barrières dans leur quotidien ainsi que celles mises en place au sein l'aéroport. C'est le seul moyen de protéger la chaine de vie :  eux- mêmes, les opérateurs de l'aéroport, les équipages ainsi que nos familles respectives.